Tapisserie résiliente

L’installation de Maryse Otjacques cultive l’ambivalence, le silence et le soufre. A toute représentation de la violence, l’artiste oppose un motif dont la blancheur et la matité masquent comme pour mieux les dévoiler les reliefs d’objets suspendus aux clous de la déraison et de l’impensable. Lissés au point de faire détail, virtualisés comme pour mieux suggérer un vertige.

Ces éléments semblent composer un contre-emblème liant symétriquement la terreur et son antidote, le blême et la hâte.

L’installation tient du totem ou du mantra : les formes se répètent, se travestissent, rejoignent dans leur relative invisibilité les contextes qui nous assignent à l’emprise d’une banalité où, par définition, tout se vaut sans que plus rien n’éprouve : la joliesse des vitrines, la fatigue des regards, l’inanité des pensées. Croque-Monsieur et canifs, bijoux et médailles, fantasy et soin du corps…Cela roule au point de donner raison à Baudrillard : « Notre magie à nous est blanche, plus d’hérésie possible dans l’abondance. C’est la blancheur prophylactique d’une société saturée, d’une société sans vertige et sans histoire, sans autre mythe qu’elle-même ».

B. Dusart.

Tapisserie-résiliente

incise-tapisserie

Skills: Ceramic, Installation, Sculpture